Trekking au Cap Vert – Parcours humide et boisé : Ribeira da Torre (Ile de Santo Antão)

Trekking au Cap Vert – Parcours humide et boisé : Ribeira da Torre (Ile de Santo Antão)

Sacs à dos, coupes-vent, chaussures bien attachées et esprits solides, nous voilà parties pour 4 jours de trek au Cap Vert. Notre itinéraire à été construit avec précision grâce aux précieux conseils de l’agence Nobaï, spécialiste des chemins de randonnées du pays (et qui plus est, avec des agents qui parlent français). Nous avons programmé points par points nos trajets à l’avance, car seule une de nous avait déjà fait de la randonnée auparavant et il fallait donc que nous choisissions méticuleusement les niveaux de difficulté. L’agence nous a proposé des « options » de chemins modulables à acter en fonction de notre énergie du moment. Car vous vous en douterez, c’est assez éprouvant pour des débutants de commencer par ce genre de parcours en montagne !

Nous avons donc opté pour l’île de Santo Antão, un lieu incroyable de diversité visuelle. Les paysages peuvent varier d’un kilomètre à l’autre, montagnes, océan, plantations, avec tous un point commun : des lieux qui ont su garder une authenticité inouïe. On se retrouve dans des endroits improbables avec une impression d’être seules au monde…. et de faire Koh Lanta quelques fois ! Il est possible de prendre un guide pour vous accompagner, mais de part l’augmentation significative des tarifs, nous avons choisi de nous débrouiller par nous-même. Nous n’avons pas regretté notre choix car nous n’étions pas contraintes au rythme de marche d’une tierce personne. C’est donc à l’aide d’un road book fournit par l’agence que nous avons avancé en suivant les indications. Nos papiers imprimés précisaient « tournez à gauche après la statut », « redescendez la colline après la maison » et toutes les étapes à suivre à la lettre. Il n’y a aucune balise sur les chemins de Santo Antão, il est donc indispensable d’avoir une carte. Nous ne nous sommes perdues qu’une seule fois sur l’ensemble du parcours, nous avons faillit nous décourager, mais le mental à été plus fort !

Après nos aventures journalières, c’est avec des nombreuses courbatures (et coups de soleil, il faut l’avouer) que nous rejoignions chaque soir des petits villages de montagnes, pour dormir chez des habitants qui nous ouvraient généreusement leurs portes. Ils nous préparaient nos dîners, des mets locaux et traditionnels constitués essentiellement de poissons, de pommes de terre et de riz, ainsi que nos piques-niques pour le lendemain. Les hôtes ne parlaient que quelques mots de français mais ils sont habitués à recevoir. Les sourires et attentions dont ils ont fait preuve remplacent bien des paroles. La « morabeza », qui signifie l’art de recevoir, à pris tout son sens. Côté logistique, un chauffeur nous conduisait chaque matin aux points de départ des chemins de randonnées et transportait nos sacs vers nos hébergements afin que nous puissions marcher libérées de toutes contraintes.

Nous sommes arrivées au Cap Vert depuis l’aéroport de Praia (de Paris, avec une escale au Portugal), puis nous avons enchaîné directement avec un vol interne direction l’île de São Vicente. Le lendemain, nous nous somme rendues au port de Mindelo pour rejoindre l’île de Santo Antão. L’île est accessible seulement par un ferry qui vous dépose à Porto Nuevo, car il n’y a pas d’aéroport sur place. La traversée se fait très rapidement, en moins d’une heure vous reposerez les pieds sur la terre. Le bateau est tout confort, des places en intérieur et extérieur, et d’une taille assez convenable pour ne pas sentir les mouvements des vagues. Plusieurs allées-retours sont disponibles par jour, mais pensez bien à réserver vos billets à l’avance. De nombreux taxis vous attendrons à l’arrivée au besoin.


Résumé de notre parcours :

J-1. Ribeira das Patas – Chã de Morte

Heures de marche : entre 5h et 5h30. Dénivelé + : 720m/ Dénivelé – : 910m

J-2. Ribeira da Torre

Heures de marche : 4h30. Dénivelé + : 50m / Dénivelé – : de 1000 m à 1 400m

J-3. Cruzinha – Ponta do Sol

Heures de marche : 5h30. Dénivelé + : 500m / Dénivelé – : 500m

J-4. Vallée de Paul

Heures de marche : 2 à 5h de marche selon l’option choisie. Dénivelé + : de 200 à 550 m / Dénivelé – : de 400 à 750m

(Le tout suivit évidemment de quelques jours de repos bien mérités sur l’île São Vicente, pour profiter des plages ensoleillées et des compétitions de kitesurfs.)


Itinéraire détaillé de notre 2ème jour : Ribeira da Torre

Pour notre deuxième jour de trekking, nous partons à l’ascension de la Ribeira da Torre, une route de montagne qui offre un panorama imprenable sur les vallées boisées de l’île de Sao Antão. La route démarre depuis Agua das Caldeiras, le seul chemin sur lequel nous avons aperçu des balises de randonnée. Ribeira da Torre est situé sur le versant le plus arrosé et ensoleillé de l’île, c’est pour cette raison que l’on y retrouve une impressionnante végétation.

Ribeira da Torre débute au cratère de Cova, qu’il est possible d’approcher de prêt. Lors de notre randonnée, une épaisse brume cachait le sommet et un petit crachin nous a tenu compagnie toute la journée, comme pour nous prévenir de l’arrivée de la mousson. Rien de bien méchant, nos capuches nous protégeaient bien.

Après une 20ène de minutes de marche, on a entamé progressivement la descente dans la Ribeira da Torre. Il suffit de se laisser aller dans les pentes, tout en faisant attention si vous avez des problèmes de genoux ou si vous n’êtes pas chaussés correctement, mais le niveau de difficulté est accessible aux novices.

Après environ 1h30, les premières cultures pointes le bout de leurs nez. En suivant un fil d’eau, on découvre progressivement des bananes, puis avec un peu de patience des cannes à sucre, mangues, papayes, patates douces, vanille, et d’autres légumineuses avec lesquelles notre culture européenne n’est pas familière. Nous croisons des locaux qui viennent travailler la terre et notre passage donne l’impression d’entrer timidement dans leur mode de vie. Le plus impressionnant c’est que pendant que nous sommes à bout de souffle pour grimper 2/3 dénivelés, on voit les habitants les faire à pas de course (jalousie quand tu nous tiens).

En poursuivant la descente, on s’aventure à travers le hameau de Raso Curto et le village de Xóxó (Cho-Cho). La vie s’active et on découvre des agriculteurs dans la végétation taillée en forme de terrasse. Ces escaliers servent de système d’irrigation. On entend au loin le bruit d’une cascade, nous n’avons pas eu le courage de nous y rendre, mais paraît-il qu’elle est impressionnante si vous avez plus d’énergie que nous.

La quasi-intégralité de la randonnée nous offre une vue magnifique sur la Ville de Ribeira Grande et surtout sur… l’océan ! Après 4h30 de marche nous quittons l’océan du regard pour rejoindre la ville et nos hôtes qui nous attendaient pour le dîner. Une fois de plus, une journée très riche en émotion !

 

••••••••••
Pour continuer le voyage ensemble :
🗨 Facebook : @lecandyraton
💎 Instagram : https://www.instagram.com/lecandyraton/
💌 Contact : lecandyraton@gmail.com



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *